• combat taureau vignAutodidactes et passionnés, les agriculteurs qui élevèrent les premiers koïs au siècle dernier, n'imaginaient pas quelle ampleur prendrait un jour ce phénomène.

    Leurs enfants, puis leurs petits enfants sont nés "les pieds dans les mud-ponds".

    Un siècle plus tard, tout comme la culture du riz ( dont on dit qu'il est le meilleur du Japon ), l'élevage et les combats de taureau, le koï fait partie intégrante de la culture des habitants de la région de Ojiya.
  • dainichi vignAutrefois agriculteurs montagnards isolés, businessmen bilingues aujourd'hui, les breeders ont beaucoup évolué ces 30 dernières années.

    Malgré tout, ils n'ont pas oublié les valeurs transmises par leurs parents. Fiers, travailleurs, ce sont des Hommes pour qui l'honneur a un sens.

    De nos jours, les breeders sont majoritairement des petites entreprises familiales. Mais quelques uns, sont devenus de vraies structures commerciales modernes, telles la Daïnichi Koï Farm ou la Maruseï koï Farm.
  • torazo-vignReproduire, sélectionner et élever des nishikigoï fut durant deux siècles le hobby de quelques agriculteurs nippons, mais depuis une quarantaine d'années, les choses ont bien changé.

    Au milieu du 20° siècle, les premiers transports de fret aérien ouvrent de nouvelles portes commerciales. Expédier des koïs vers l'Europe devient alors possible.

    Il suffit alors que quelques pionniers occidentaux fassent le premier pas, pour que le "koï market" voit le jour.
  • koi-showa-shinodaSi les Chinois élevaient déjà des carpes colorées il y a plus de mille ans, aujourd'hui les plus beaux koïs naissent au pays du Soleil-Levant.

    Le goût du beau, et la volonté de porter au rang d'art ce travail d'élevage, en sont sûrement les raisons.

    Par empirisme, les différentes générations d'éleveurs japonais, ont amélioré leur savoir-faire, et leur savoir, pour atteindre les sommets de la qualité du koï, qu'aucun autre pays ne lui dispute aujourd'hui
  • vue-du-mushigameNiigata !!

    Pour un passionné aucun terme n'est plus évocateur.

    C'est le berceau originel du nishikigoï.

    Aujourd'hui encore, c'est dans les montagnes boisées de cette célèbre préfecture, au milieu d'innombrables rizières, que sont élevés les plus beaux koïs du monde.
    C'est l'argile pure des noïkes, ou mud-ponds, et l'eau douce des montagnes, qui rendent ce terroir unique.
  • icone-temple Une culture ...
  • icone-budda Des hommes ...
  • icone-pierresUne histoire ...
  • icone-yinyang-poissonsUn savoir faire ...
  • icone-buddaUn terroir ...

Jour 18, vendredi 3 novembre.

vignette

 

Bonjour à tous.

 

Richard ne sera présent à Ojiya que 3 jours et demi pour réaliser la sélection automnale Koï Zen, alors il ne faut pas mollir.

Surtout qu'Eveline ( sa moitié ), restée à la Réunion, lui met ( nous met ) une sacrée pression !

Gros rush donc aujourd'hui pour notre team CDN, avec des objectifs ambitueux...

 

Go Go Goo !

 

Bonjour à tous.

 

Richard ne sera présent à Ojiya que 3 jours et demi pour réaliser la sélection automnale Koï Zen, alors il ne faut pas mollir.

Surtout qu'Eveline ( sa moitié ), restée à la Réunion, lui met ( nous met ) une sacrée pression !

Gros rush donc aujourd'hui pour notre team CDN, avec des objectifs ambitieux...

 

Go Go Goo !

 

Nous visitons 4 éleveurs avant de trouver le premier disponible, et chez qui le koï-stock revêt un intérêt pour Richard.

n01

 

Passage chez Miyaishi, puis Izumiya...

Chogoro...

n02

 

Miyatora... et enfin Yamazaki !

n03

n04

n05

 

Manabu nous accueille avec le sourire comme à son habitude, et les bassins saturés de nisaïs et sansaïs.

n06

 

Richard sélectionnera ici plusieurs nisaïs, dont ce joli budo goromo.

n09

 

Midi !
Keta nous emmène déjeuner dans un petit restaurant situé sur les bords de l’Uono, un affluent de la Shinano.

n10

n11

 

Un endroit charmant où il fait bon se poser le temps d'un petit mâchon japonais.

n13

 

Et où l'on mange très bien.

Oïchiiii !

n12

 

C’est chez Hiroï que nous entamons l’après-midi, car il a rentré de nouveaux nisaïs ce matin.

n14

 

Je sélectionne les 3 nisaïs ci-dessous… sur lesquels je mets une option jusqu’à demain.

Un nisaï ginrin showa femelle plein de futur. 50 cm quasiment à la toise.

n15

 

Un ginrin showa mâle de 48 cm environ, dont l’évolution lors des prochains mois et années sera un vrai spectacle.

n16

 

Un doitsu ochiba au pattern exotique et à la peau superbe.

n17

n18

 

Si l’un d’entre eux vous intéresse n’hésitez pas à contacter un revendeur Couleurs de Niigata.

n19

 

La dernière visite de l’après-midi sera pour Maruhiro.

n20

 

Richard toujours en forme, et pas rassasié, fera l’acquisition de nombreux nisaïs pour clôturer cette journée sous le signe de l’efficacité.

Nous pêchons dans de nombreux bassins et la sélection Koï Zen s'étoffe d'une belle façon.

n21

 

La pêche terminée, Hironori-san et son épouse reçoivent un petit souvenir typique Réunionnais, qui a l'air de leur faire plaisir.

n22

n23

 

L'objectif de la journée est rempli... la sélection Koï Zen s'est bien étoffée. Mais il reste encore quelques lacunes que nous tenterons de combler avant leur départ.

n24

 

A demain.