• combat taureau vignAutodidactes et passionnés, les agriculteurs qui élevèrent les premiers koïs au siècle dernier, n'imaginaient pas quelle ampleur prendrait un jour ce phénomène.

    Leurs enfants, puis leurs petits enfants sont nés "les pieds dans les mud-ponds".

    Deux siècles plus tard, tout comme la culture du riz ( dont on dit qu'il est le meilleur du Japon ), l'élevage et les combats de taureau, le koï fait partie intégrante de la culture des habitants de la région de Ojiya.
  • dainichi vignAutrefois agriculteurs montagnards isolés, businessmen bilingues aujourd'hui, les breeders ont beaucoup évolué ces 30 dernières années.

    Malgré tout, ils n'ont pas oublié les valeurs transmises par leurs parents. Fiers, travailleurs, ce sont des Hommes pour qui l'honneur a un sens.

    De nos jours, les breeders sont majoritairement des petites entreprises familiales. Mais quelques uns, sont devenus de vraies structures commerciales modernes, telles la Daïnichi Koï Farm ou la Maruseï koï Farm.
  • torazo-vignReproduire, sélectionner et élever des nishikigoï fut durant deux siècles le hobby de quelques agriculteurs nippons, mais depuis une quarantaine d'années, les choses ont bien changé.

    Au milieu du 20° siècle, les premiers transports de fret aérien ouvrent de nouvelles portes commerciales. Expédier des koïs vers l'Europe devient alors possible.

    Il suffit alors que quelques pionniers occidentaux fassent le premier pas, pour que le "koï market" voit le jour.
  • koi-showa-shinodaSi les Chinois élevaient déjà des carpes colorées il y a plus de mille ans, aujourd'hui les plus beaux koïs naissent au pays du Soleil-Levant.

    Le goût du beau, et la volonté de porter au rang d'art ce travail d'élevage, en sont sûrement les raisons.

    Par empirisme, les différentes générations d'éleveurs japonais, ont amélioré leur savoir-faire, et leur savoir, pour atteindre les sommets de la qualité du koï, qu'aucun autre pays ne lui dispute aujourd'hui
  • vue-du-mushigameNiigata !!

    Pour un passionné aucun terme n'est plus évocateur.

    C'est le berceau originel du nishikigoï.

    Aujourd'hui encore, c'est dans les montagnes boisées de cette célèbre préfecture, au milieu d'innombrables rizières, que sont élevés les plus beaux koïs du monde.
    C'est l'argile pure des noïkes, ou mud-ponds, et l'eau douce des montagnes, qui rendent ce terroir unique.
  • icone-temple Une culture ...
  • icone-budda Des hommes ...
  • icone-pierresUne histoire ...
  • icone-yinyang-poissonsUn savoir faire ...
  • icone-buddaUn terroir ...

Jour 10, jeudi 26 octobre.

 vignette

Bonjour à tous.

 

Le soleil est de retour sur Ojiya et ça fait du bien B-)

 

Nous manquons cruellement de goshikis depuis le début de ce koï-hunting, alors aujourd'hui, notre chasse sera essentiellement ciblée sur ce gibier rare.

Tous les breeders spécialisés seront visités jusqu'à ce que goshiki s'en suive !

 

Haro !

 

 

Bonjour à tous.

Le soleil est de retour sur Ojiya et ça fait du bien B-)

 

Nous manquons cruellement de goshikis depuis le début de ce koï-hunting, alors aujourd'hui, notre chasse sera essentiellement ciblée sur ce gibier rare.

Tous les breeders spécialisés seront visités jusqu'à ce que goshiki s'en suive !

 

Haro !

 

La semaine dernière nous avions déjà rendu visite à la ferme Ikarashi en vue d'y trouver la fameuse variété, mais Hidetoshi n'en n'avait pas en stock et à l'époque, était assez pessimiste sur les probabilités d'en récolter les jours suivants.

Têtus, nous avons tenté notre chance une nouvelle fois ce matin.

Bien nous a pris, puisqu' Hidetoshi et son oncle rentraient tout juste de pêche avec les tant désirés goshikis.

j02

 

Gabriel du magasin A Flore d'Eau, allias Koï-shop.fr sur le net, aidé par David, sont eux aussi très intéressés par cette sélection spécifique.

j04

 

Les nisaïs ci-dessous font les frais de notre premier goshiki-hand-pick Couleurs de Niigata.

9 koïs de 35 cm environ, finement choisis, composent cette "boite".

j01

 

Dans le même bassin, d'autres variétés sont fièrement représentées, tels les ochibas-shigures.

Avec l'aide de François nous composons 2 nouvelles boites.

Dans la première, la taille tourne autour de 45 cm, et les ochibas côtoient un soragoï doitsu ainsi qu'un wagoï au lustre semi-métallique.

j03

 

Dans la deuxième caisse, la taille est plus modeste mais la qualité identique.

Cette fois-ci, ce sont un doitsu chagoï et 2 ginrins qui jouent les trouble-fêtes.

j05

 

Retour sur la variété du jour avec quelques sujets plus haut de gamme.

j06

 

4 femelles allant de 40 à 45 cm rallient les rangs Couleurs de Niigata.

j08

j07

j09

j10

 

Plus clinquant, un néanmoins charmant benikikokuryu au pattern pur cuivre rejoint ses cousines ochibas dans notre assortiment de nisaïs femelles HQ.

j11

 

C'est vers midi et demi, que comblés, nous quittons la ferme Ikarashi la gibessière bien pleine.

 

Pic-nic time now, avec les reliefs niigatais en toile de fond.

j15

 

j13

 

Nos déjeuners, approvisionnés auprès des konbinis, sont chaque fois l'occasion de nouvelles expériences gustatives, plus ou moins heureuses... n'est ce pas David ?

j14

 

Drink round : France versus Japon !

j12

 

L'été indien s'invite dans notre menu.

j16

 

Puis c'est chez Kaze que nous embauchons en début d'après-midi.

j17

 

Petit tour des serres...

j18

 

Un tour qui s'avèrera fructueux, avec la trouvaille de 3 sansaïs shiro-utsuris femelles.

2 d'entre elles partiront chez Boutique Bassin. Voici l'une d'elles ci-dessous.

j19

 

La troisième a immédiatement été adoptée par le magasin breton A Flore d'Eau.

j20

 

Direction Mushigame pour terminer notre journée à thème.... Goshiki ! Chez Kanno cette fois-ci.

j21

 

La lumière orangée et douce de cette fin d'après-midi, réchauffe le paysage, lui donne du contraste et alpague nos rétines.

L'endroit est magique. Nous profitons de l'instant.

Nos bretons en particulier... le soleil... un plaisir rare en Finistère :-D

j22

 

C'est l'heure des retrouvailles chez Kanno.

Il y a un an, j'avais laissé ici en azukari un goshiki nisaï femelle.

j23

 

Kazuhiro Hirasawa lui a conféré les meilleurs soins depuis.

j24

 

Ci-dessus et dessous, 2 photos prises en octobre 2016 alors qu'il mesurait 42 cm.

j25

 

12 mois plus tard, c'est avec 11 cm de plus, portant sa taille à 53 cm, qu'il pose sagement, exhibant fièrement ses qualités.

Une très, très belle évolution ! Le breeder a produit un travail remarquable.

 

J'engage une petite discussion avec Kazuhiro,,,mmm,,, je rempile pour 12 mois supplémentaires d'azukari.

Objectif ( ambitieux ) : voir cette femelle développer un body plus puissant tout en prenant une petite dizaine de centimètres supplémentaires.

j27

 

Pendant ce temps là... la Bretagne travaille  ^_^

Avec cette femelle sansaï goshiki de 50 cm environ, Gabriel offre à son magasin un koï exceptionnel, qui de surcroît possède une histoire... découvrez la en cliquant ICI.

j28

 

Le premier coup d'épuisette de cette journée aura été pour un goshiki, le dernier aussi.
Le thème a parfaitement été respecté, mais surtout, nous avons passé une journée géniale avec un finish de toute beauté !

 

A demain