• combat taureau vignAutodidactes et passionnés, les agriculteurs qui élevèrent les premiers koïs au siècle dernier, n'imaginaient pas quelle ampleur prendrait un jour ce phénomène.

    Leurs enfants, puis leurs petits enfants sont nés "les pieds dans les mud-ponds".

    Un siècle plus tard, tout comme la culture du riz ( dont on dit qu'il est le meilleur du Japon ), l'élevage et les combats de taureau, le koï fait partie intégrante de la culture des habitants de la région de Ojiya.
  • dainichi vignAutrefois agriculteurs montagnards isolés, businessmen bilingues aujourd'hui, les breeders ont beaucoup évolué ces 30 dernières années.

    Malgré tout, ils n'ont pas oublié les valeurs transmises par leurs parents. Fiers, travailleurs, ce sont des Hommes pour qui l'honneur a un sens.

    De nos jours, les breeders sont majoritairement des petites entreprises familiales. Mais quelques uns, sont devenus de vraies structures commerciales modernes, telles la Daïnichi Koï Farm ou la Maruseï koï Farm.
  • torazo-vignReproduire, sélectionner et élever des nishikigoï fut durant deux siècles le hobby de quelques agriculteurs nippons, mais depuis une quarantaine d'années, les choses ont bien changé.

    Au milieu du 20° siècle, les premiers transports de fret aérien ouvrent de nouvelles portes commerciales. Expédier des koïs vers l'Europe devient alors possible.

    Il suffit alors que quelques pionniers occidentaux fassent le premier pas, pour que le "koï market" voit le jour.
  • koi-showa-shinodaSi les Chinois élevaient déjà des carpes colorées il y a plus de mille ans, aujourd'hui les plus beaux koïs naissent au pays du Soleil-Levant.

    Le goût du beau, et la volonté de porter au rang d'art ce travail d'élevage, en sont sûrement les raisons.

    Par empirisme, les différentes générations d'éleveurs japonais, ont amélioré leur savoir-faire, et leur savoir, pour atteindre les sommets de la qualité du koï, qu'aucun autre pays ne lui dispute aujourd'hui
  • vue-du-mushigameNiigata !!

    Pour un passionné aucun terme n'est plus évocateur.

    C'est le berceau originel du nishikigoï.

    Aujourd'hui encore, c'est dans les montagnes boisées de cette célèbre préfecture, au milieu d'innombrables rizières, que sont élevés les plus beaux koïs du monde.
    C'est l'argile pure des noïkes, ou mud-ponds, et l'eau douce des montagnes, qui rendent ce terroir unique.
  • icone-temple Une culture ...
  • icone-budda Des hommes ...
  • icone-pierresUne histoire ...
  • icone-yinyang-poissonsUn savoir faire ...
  • icone-buddaUn terroir ...

Jour 7, dimanche 22 octobre.

 vignette

Bonjour à tous.

 

Incroyable ! Une semaine s'est déjà écoulée depuis notre arrivée à Niigata.

Alain et Kévin repartent demain vers Tokyo pour une nuit de transit à Narita-Airport, avant de prendre leur avion pour Paris mardi matin.

Leur séjour aura était trop court cette fois-ci...
Déçus, c'est avec une sélection incomplète qu'ils rentrent à la maison.

Mais je vais assurer l'intérim et faire au mieux pour trouver ce qu'il leur manque dans les prochains jours.

 

Bonjour à tous.

Incroyable ! Une semaine s'est déjà écoulée depuis notre arrivée à Niigata.

Alain et Kévin repartent demain vers Tokyo pour une nuit de transit à Narita-Airport, avant de prendre leur avion pour Paris mardi matin.

Leur séjour aura était trop court cette fois-ci...
Déçus, c'est avec une sélection incomplète qu'ils rentrent à la maison.

Mais je vais assurer l'intérim et faire au mieux pour trouver ce qu'il leur manque dans les prochains jours.

 

A 8 heures nous avions rendez-vous avec Keiko Hirasawa pour une sélection Marudo !

g01

 

Matcho qui est avec nous en ce début de matinée nous apporte son expertise pour sélectionner plusieurs sansaïs kawarimonos et hikarimuji-monos.

4 variétés sont représentées dans ma sélection Couleurs de NIigata.

 

kabuto

g02

 

ginrin karashigoï

g03

 

ginrin mukashi-ogon

g04

 

chagoï

g05

 

Un bel échantillon des classiques Marudo, allant de 45 à 55 cm.

Kévin qui a partagé cette opportunité avec Alain et moi est plus que satisfait !
La qualité est vraiment au rendez-vous et le prix négocié particulièrement attractif.

g06

 

Après un bref passage chez Yoshiyuki Hirasawa à la Marusei koï-farm, nous prenons la route pour un trajet montagnard de 30 minutes qui nous mène à la ferme Hosokaï.

g08

 

Dans le bassin des top-koïs nagent quelques sublimes spécimens kage shiro utsuri, malheureusement nous n'en retrouvons aucun de joli dans les autres bassins offrant des prix plus accessibles.

Avec mes acolytes de chasse, nous nous rabattons sur les autres variétés et achetons plusieurs dizaines de koïs.

 

Pour les magasins Couleurs de Niigata, je commence la sélection avec les 24 nisaïs de 35 cm environ ci-dessous.

D'excellents sujets, sélectionnés strictement et obtenus à un prix super soft.

g09

 

g10

 

g11

 

On monte d'une marche, pour passer sur des sujets plus grands, 40 cm, et légèrement plus qualitatifs, eux aussi pour le groupe CDN.

13 nisaïs.

g12

g13

 

Plusieurs sujets koï-show-ready se trouvent dans le bowl ci-dessus.

 

On grimpe encore d'une taille, pour passer au-dessus de 45 cm, avec une sélection de 7 nisaïs showas.

Mâles et femelles composent ce lot.

g14

 

Aidé par mon lieutenant François, nous réalisons un tri tout en plaisir, car nous sommes bien surpris par la qualité et la taille de ces poissons... Surtout vu le prix !

g15

 

g16

 

g17

 

g18

 

g19

 

g20

 

g21

 

La sélection Hosokaï ficelée, nous prenons le cap d'Ojiya et de Mushigame.

Mais la nano-pause déjeuner que nous nous octroyons et le temps de trajet induisent une heure d'arrivée très tardive chez l'éleveur suivant, Yagenji.

Alain qui pensait trouver ici quelques shiro-utsuris se rend vite compte que la visite sera vaine... Rien de concordant avec ce qu'il recherche. Nous plions les gaules.

 

Je vous le disais plus haut, c'était la dernière journée pour le premier groupe Couleurs de Niigata, composé des magasins Oasis et Boutique Bassin.

Demain il n'y aura donc pas de sélection à proprement parler puisque je serai en mode soutien logistique pour cette journée de switch.

Je vous retrouve ici même mardi 24 en fin de journée pour la suite de ce Nishikigoï-gari 2017.

 

Matané mina-san !