• combat taureau vignAutodidactes et passionnés, les agriculteurs qui élevèrent les premiers koïs au siècle dernier, n'imaginaient pas quelle ampleur prendrait un jour ce phénomène.

    Leurs enfants, puis leurs petits enfants sont nés "les pieds dans les mud-ponds".

    Deux siècles plus tard, tout comme la culture du riz ( dont on dit qu'il est le meilleur du Japon ), l'élevage et les combats de taureau, le koï fait partie intégrante de la culture des habitants de la région de Ojiya.
  • dainichi vignAutrefois agriculteurs montagnards isolés, businessmen bilingues aujourd'hui, les breeders ont beaucoup évolué ces 30 dernières années.

    Malgré tout, ils n'ont pas oublié les valeurs transmises par leurs parents. Fiers, travailleurs, ce sont des Hommes pour qui l'honneur a un sens.

    De nos jours, les breeders sont majoritairement des petites entreprises familiales. Mais quelques uns, sont devenus de vraies structures commerciales modernes, telles la Daïnichi Koï Farm ou la Maruseï koï Farm.
  • torazo-vignReproduire, sélectionner et élever des nishikigoï fut durant deux siècles le hobby de quelques agriculteurs nippons, mais depuis une quarantaine d'années, les choses ont bien changé.

    Au milieu du 20° siècle, les premiers transports de fret aérien ouvrent de nouvelles portes commerciales. Expédier des koïs vers l'Europe devient alors possible.

    Il suffit alors que quelques pionniers occidentaux fassent le premier pas, pour que le "koï market" voit le jour.
  • koi-showa-shinodaSi les Chinois élevaient déjà des carpes colorées il y a plus de mille ans, aujourd'hui les plus beaux koïs naissent au pays du Soleil-Levant.

    Le goût du beau, et la volonté de porter au rang d'art ce travail d'élevage, en sont sûrement les raisons.

    Par empirisme, les différentes générations d'éleveurs japonais, ont amélioré leur savoir-faire, et leur savoir, pour atteindre les sommets de la qualité du koï, qu'aucun autre pays ne lui dispute aujourd'hui
  • vue-du-mushigameNiigata !!

    Pour un passionné aucun terme n'est plus évocateur.

    C'est le berceau originel du nishikigoï.

    Aujourd'hui encore, c'est dans les montagnes boisées de cette célèbre préfecture, au milieu d'innombrables rizières, que sont élevés les plus beaux koïs du monde.
    C'est l'argile pure des noïkes, ou mud-ponds, et l'eau douce des montagnes, qui rendent ce terroir unique.
  • icone-temple Une culture ...
  • icone-budda Des hommes ...
  • icone-pierresUne histoire ...
  • icone-yinyang-poissonsUn savoir faire ...
  • icone-buddaUn terroir ...

Jour 3, mercredi 18 octobre

vignette

 

Bonjour à tous.

 

Nos tableaux Excel de commandes sur les genoux nous sommes repartis ce matin pour une nouvelle journée de prospection dans le grand ouest Niigatais, où la fièvre du Nishikigoï sévit terriblement.

 

Mais les pépites furent particulièrement difficiles à trouver aujourd'hui.

 

En selle !

 

Bonjour à tous.

 

Nos tableaux Excel de commandes sur les genoux nous sommes repartis ce matin pour une nouvelle journée de prospection dans le grand ouest Niigatais, où la fièvre du Nishikigoï sévit terriblement.

Mais les pépites furent particulièrement difficiles à trouver aujourd'hui.

En selle !

 

Après une courte halte chez Torazo pour faire le point sur le stock disponible, et prendre un rendez-vous ultérieur avec Kawakami-san, nous faisons notre deuxième halte chez Izumiya.

 

Ryu Mano n'est pas là, mais notre chauffeur étant une nouvelle fois Keta ( un membre de l'équipe Izumiya ), nous pouvons tout de même pêcher.

c005

Un certain Kim passait par là... ^_^

 

Pour les magasins Couleurs de Niigata, je sélectionne 4 nisaïs yamabukis qui approchent les 50 cm !!!

En appliquant une nouvelle fois un jugement intransigeant : body, qualité de peau, morphologie, écaillage, nageoires, fukurin,,, aucun critère n'est laissé au hasard.

 

2 femelles tout d'abord.

c003

 

c004

 

Puis 2 mâles de qualité et de taille équivalentes.

c001

 

c002

 

4 modèles de haute couture pour parfaire notre collection automne 2017.

Qualité top, et potentiel ++

 

Breeder suivant Miyatora... qui n'est pas là...

 

Alors pause déjeuner !
Agrémentée d'une touche caféinique salutaire.

c006

 

Midi !

Nous avons rendez-vous chez Shinoda, qui "rentrait" quelques nisaïs wagoïs supplémentaires en fin de matinée.

c007

 

Keta fait sa fashion-star, pendant que Kévin shoot sa nouvelle sélection ci-dessous :

c008

 

un quartette en rouge et noir, qui ira rejoindre les bassins de l'Oasis.

c009

 

c010

 

Alain ne gâche pas son temps lui non plus, et sélectionne plusieurs nisaïs, dont ces scintillants ginrins showas nisaïs.

c011

 

Les 5 nisaïs ci-dessous ( 3 ginrins showas, 1 ki-utsuri et 1 hi-utsuri ) iront quant à eux rejoindre l'offre automnale 2017, de notre collectif.

c012

 

Première visite de la saison chez Maruhiro ensuite.

c014

 

Kévin et Alain y font une rapide sélection de nisaïs, car nous avons 2 rendez-vous à suivre.

c013

 

Chez Tsuna tout d'abord, pour un retour de pêche qui s'avère un peu décevant.

c015

 

Car même si voir travailler le sémillant Tsuna-san secondé par son jeune apprenti est toujours très "inspirant" pour nous autres simples occidentaux, nous ne trouvons rien à notre goût dans la récolte du jour.

c016

c018

 

Nous repasserons plus tard pour la suite des ikéagués.

c019

 

16 h nous sommes chez Manabu Yamazaki, qui lui aussi rentre de pêche.

Mais idem, rien ne correspond à nos recherches ou envies.

 

C'était une journée en demi-teinte comme je vous l'annonçais en introdution... notre appétit n'en sera que plus grand demain !

 

Konbawa.